Historique du club

Logo_TMNH
Fondé en 1883,
J.O : le 29 Avril 1999,
J.S. n° 59S2539 du 29/07/1999,
E.T 0397. 15/06/2000,
SIRET. 448 075 978 00016,
SIREN.448 075 978

Homologation FFTir n° 687 du 23/12/2003 Affilié à la Fédération Française de Tir N° 155 90 70

L’ Association de tir d’HAUBOURDIN a été fondée en 1883, sous la dénomination : Les Carabiniers Haubourdinois et, nos archives et certains documents recueillis très récemment d’ailleurs, démontrent qu’un instituteur (Victor LORIDAN – dont une rue de la ville porte le nom) formulait en 1883, auprès de Monsieur le Préfet, une demande de 90 fusils pour former ses élèves puis, qu’en 1884 le Conseil Municipal accède à une demande de 50 fusils pour l’école communale.

A ce jour, très peu d’entre nous ont connu l’époque où nous étions une section de Tir du Club de Gymnastique Haubourdinois. Mais depuis 1999, le club ne se trouve plus sous l’égide du CGH, il est devenu autonome et porte le nom actuel.

Certes, le temps, la maladie ont fait des ravages au sein de nos membres et, nombre d’entre nous, nous ont quitté pour un monde que l’on dit meilleur, mais il y a encore des fidèles dont les souvenirs peuvent les prévaloir d’avoir connu M. Albert ROUSSEL, qui était Président au début des années 1970, puis Georges JOUIN qui lui a succédé pour de multiples mandats, et qui est parti rejoindre ses filles en Ardèche, laissant ensuite la place à Pierre RUDECKA, démissionnaire pour des raisons de santé, lui-même ayant été remplacé par Patrick PAILLARD et, depuis l’Assemblée Générale d’Octobre 2016, Renald DUMOULIN le plus jeune des Présidents, alors âgé de 35 ans a pris la relève avec maestria jusqu’à ce jour, et le club se porte à merveille car toute l’organisation a été revue pour le meilleur fonctionnement des installations, à commencer par les règles de sécurité et de formation.

Mais, à l’époque de M. ROUSSEL, le stand de tir se trouvait alors rue de la gare, en plein centre-ville et il y avait déjà des plaintes formulées en Mairie par des riverains qui recevaient (très rarement heureusement) des projectiles, ce qui, de facto a entrainé la construction d’une toiture en béton qui couvrait pratiquement la distance entre les pas de tir et les cibles.

Tous les rameneurs de cibles étaient manuels.

Il y avait deux postes de tir à 25m, deux postes de tir à 50m et six postes de tir à 10m. La ville était déjà jumelée avec celle de JULICH (Allemagne) et des rencontres se déroulaient alternativement dans l’une ou l’autre ville. Georges et Marie Thérèse JOUIN se chargeaient d’organiser les matchs et de recevoir les invités-participants.

La section de tir comptait déjà : 180 membres et, sous l’influence de Georges JOUIN et de M. ROUSSEL, un nouveau stand de tir a été érigé Avenue de Beaupré, doté de 10 postes à 50m, 10 postes à 25m et 20 postes à 10m.

Sans conteste, grâce à ces nouvelles installations, le club d’Haubourdin s’est fait connaitre au niveau National et Mondial en remportant de très nombreux titres. Un titre Olympique a également été remporté par Franck DUMOULIN, ancien membre, parti depuis rejoindre le stand de BORDEAUX. Et puis, plus près de nous, de nouveaux champions sont apparus notamment Romane MATTE et Michael DHALLUIN

Ils sont véritablement le moteur qui fait avancer le club.

Ensuite, il y a eu la construction du grand stand avec ses 50 postes de tir à 10 m ou sont réalisés les championnats Départementaux et Régionaux mais également en 2011, un Championnat de France des Ecoles de Tir puis, en 2014, un championnat de France des clubs. Grâce à l’aide de la Ligue, des cibles électroniques ont remplacé les traditionnels rameneurs électriques.

L’évolution s’est poursuivie, la réputation du club n’étant plus à faire, et l’effectif s’élève actuellement à : 343 membres actifs.

Des disciplines nouvelles sont apparues telles que le 22 Hunter ou le Tir aux Armes Réglementaires (T.A.R).

Le tir à la poudre noire qui a toujours existé et le T.A.R. qui a fait son apparition, sont communément les disciplines les plus bruyantes et, de ce fait, notre club se doit d’évoluer… Car s’il se trouvait à la périphérie de la ville, de nouvelles constructions ont maintenant vu le jour à proximité immédiate.

Les responsables et les tireurs sont bien conscients de la gêne qui est occasionnée par la pratique du tir sportif pour ce nouveau voisinage.

Le club a donc pris à sa charge la réalisation d’un audit par une entreprise spécialisée dans les nuisances sonores et en a tiré les conclusions.

Des réunions ont eu lieu, puis des rencontres avec les responsables municipaux, des contacts avec diverses entreprises ont été réalisés car la seule solution apparue pour réduire les nuisances sonores s’avère être la couverture de nos installations… Mais cela à un coût que notre Association ne peut assumer à elle seule. Un emprunt est possible car la comptabilité du club a été déclarée très saine par l’établissement bancaire qui gère nos avoirs.

La Municipalité devrait participer, les locaux lui appartiennent en effet.

Le Président de la Ligue, Michel BACZYK, conscient de l’enjeu, a pris contact avec les responsables du Conseil Régional et nous informe que la Région est susceptible de nous aider financièrement de manière très conséquente dans la transformation des locaux, à la condition toutefois que la Municipalité prenne en charge la maitrise d’ouvrage.

A la suite d’une réunion avec Monsieur BEHARELLE, maire d’Haubourdin et de monsieur LECLERCQ, Adjoint aux sports, notre Président Renald DUMOULIN a pris note de l’accord pour la réalisation de ces travaux…

A Haubourdin, nous avons toujours trouvé par le dialogue une solution aux problèmes rencontrés grâce notamment à une collaboration étroite avec l’Adjoint aux sports et les services municipaux.

Pour le voisinage, nous avons le devoir d’occasionner le moins possible de nuisances sonores, la couverture de nos installations est devenue une impérieuse nécessité afin d’assurer la pérennité de notre Association.

Malgré les problèmes engendrés, malgré cette pandémie qui nous a impacté, malgré le contexte sanitaire, malgré le confinement, véritable privation de liberté, notre club sait, si besoin était, et saura démontrer sa résilience…

Les associations sont véritablement les cellules de base de la vie municipale. Elles participent activement au développement harmonieux du corps et de l’esprit des habitants des villes et des communes. Gérer le budget d’une ville n’est certes pas chose facile, mais comme dans une entreprise, il convient de donner aux associations, les moyens pour atteindre les objectifs fixés par les responsables, par les dirigeants et ce, pour le bien-être de tous.

                  Le Secrétaire Général,

Jacques BAUWENS

Restez informé

Inscrivez-vous à notre newsletter